10-12-2016

L’Espagne et le protectionnisme

Le protectionnisme. Que voilà donc un vieux concept, que l’on pourrait croire mort et enterré. On pourrait penser que l’histoire a amplement démontré son inefficacité, et pire, sa contre-productivité. Et pourtant, il faut croire qu’il reste en la matière des irréductibles. Jeudi dernier, on m’a en effet expédié à Valence en Espagne pour participer à un colloque lors duquel un collaborateur a littéralement loué les vertus du protectionnisme ! Selon lui, notre pays devait garantir les usines françaises contre la concurrence asiatique. Celle-ci cause en effet de nombreux dépôts de bilan en France, et il serait urgent que nous protégions nos industries contre elle. Le protectionnisme serait alors, évidemment, le seul recours possible. Cette réflexion est à mes yeux tellement datée et hors de toute réalité qu’elle a tout, selon moi, d’une aberration. Le protectionnisme est à mon sens un fléau bien pire que la concurrence, car il détruit bien plus encore, et de manière bien plus certaine. Le protectionnisme est une initiative consciente pour refuser l’arrivée de produits extérieurs sur le marché français. Pourquoi ? Simplement parce qu’ils n’ont pas été élaborés sur notre territoire. A mon sens, le protectionnisme est foncièrement un piège, gênant pour les citoyens… et tout simplement mortel pour les industries qui s’y laissent aller. Côté consommateur, les choses sont claires : en se voyant refuser l’accès aux biens étrangers, les français sont forcés de payer le prix fort. Mais la situation est encore pire côté industrie. Au début, les producteurs locaux paraissent certes en sortir gagnants : grâce aux taxes d’importation, ils sont épargnés par la concurrence et ne doivent ainsi pas s’accorder aux rigueurs du marché. Ils peuvent ainsi (et ils ne manquent jamais de le faire) devenir insouciants et encore moins concurrentiels. Néanmoins, le jour où les mesures de protection sont révoquées, leur chute n’en est que plus rapide et plus violente. Pour avoir voulu rester, même provisoirement, hors la course, ils en sont définitivement éliminés, incapables qu’ils sont de rattraper leur retard. Exactement l’effet inverse à celui escompté, en somme. Sinon, ce colloque était réglé avec soin, ce qui n’a pas manqué de me surprendre : c’est suffisamment rare pour que cela soit souligné. Pour en savoir plus, je vous laisse le lien vers l’organisateur de ce séminaire en Espagne.

Publié par enbalade dans Non classé | RSS 2.0

Lenouveauprof |
Foncierimmoconsult |
Dourdan Environnement |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Informationner
| Expandyourmind
| Sous l'écume du jour